"La fille de l'Homme au Piano" Timothy Findley

Publié le par Hervé

Marco de la librairie de Blois a encore frappé lorsqu'il m'a recommandé ce livre!

 

Charlie, trente-neuf ans, sa mère sujette à des crises d'épilepsie et schysophrène, et sa famille sont les protagonistes de ce roman; Charlie commence l'histoire quatre générations en arrière soit en 1880  pour finir en 1939.

 

L'histoire de cette famille est liée à de nombreux secrets dont le plus important est la folie. on partage durant plus de sept cent pages, la vie de familles des Wyatt et des Killworth où se mèlent intolérance et résignation, exclusion et amour...

Les scènes de folie de Lilly sont tout simplement merveilleuses et on se prend d'amour pour elle. D'autres passages, que je ne peux pas vous décrire au risque d'en dire trop m'ont particulièrement ému.

 

Ce roman canadien m'a complètement captivé, envouté! J'ai tout simplement adoré!

A vos librairies préférées.... Prêt ? Partez !

Publié dans Romans étrangers

Commenter cet article

sybilline 03/05/2008 23:56

Un des tout bons Findley avec l'incoutournable, le sublime, le merveilleux "Pilgrim"

Cécile de Quoi de 9 06/10/2007 08:27

De Findley j'ai lu "guerres" qui se passe pendant la première guerre mondiale et raconte l'engagement d'un jeune canadien que rien ne prépare à cette immense boucherie. C'est un excellent roman que je recommande chaudement et la folie n'est pas absente de ce récit non plus.

musky 28/02/2007 14:22

Ce livre fait partie de ma LAL depuis longtemps. De cet auteur, j'ai lu Le dernier des fous. C'était pas mal. Apparemment, le sujet de la folie, effectivement, c'est son dada !! ;)) C'est la première fois que je viens sur ton site et j'aime beaucoup ton humour. Ton message d'accueil est très vrai.

Hervé 28/02/2007 17:31

Merci pour ton passage. Je n'ai jamais rien lu d'autre de cet auteur mais en effet de ce que je lis sur les blogs la folie semble un thème central de son oeuvre

Sophie 14/02/2007 19:38

MOn homme a lu Pilgrim de Findley; il a un peu peiné, à cause de l'histoire et de l'épaisseur; visiblement Finley n'écrit que des pavés.

agapanthe 13/02/2007 21:11

Tiens, tiens, un auteur canadien, 700 pages, une saga familiale et c'est très bien en plus. Que ne le disais-tu plus tôt, je vais me le procurer au plus vite, c'est si tentant.

Hervé 13/02/2007 21:40

@Anne / Tamara: Vous êtes méchantes avec moi. Je vais partir pleurer dans ma... cave!!!
@Tous: merci de vos conseils qui se recoupent largement! Je vais donc céder à la blogosphère....