"Meutriers sans visage" Henning Mankell

Publié le par HERVE

Un meutre dans la campagne suédoise un camp de réfugiés

Une ferme isolée dans la campagne suédoise est le théâtre d'un meurtre où les victimes ont été au préalable torturé. Le seul indice pour l'enquêteur Wallander est le dernier mot prononcé par la victime "étranger"

La ville la plus proche acceuille un camp de réfugiés....

 

Wallander doit faire face au racisme ambiant et aux médias qui se sont emparés de l'affaire afin de résoudre ce meutre.

 

Les polars de Mankell sont toujours aussi bien construits avec une bonne intrigue et des phénomènes de sociétés en toile de fond.

C'est donc une lecture agréable.

Publié dans Romans étrangers

Commenter cet article

Nicolas 22/07/2009 15:45

Je n'ai pas tellement accroché à ce roman. J'ai largement préféré du même auteur La lionne blanche et Les morts de la saint-Jean.

BMR 24/07/2007 14:52

On vient de lire (et d'apprécier vivement) le Retour du professeur de danse. Mankell réussit à abandonner Kurt Wallander et à se renouveler avec succès. Dans un tout autre style de cet auteur à multiples facettes (il écrit aussi du théâtre), voir aussi Tea Bag.

BMR 26/03/2007 10:41

Après Mankell, on a entrepris d'explorer d'autres polars polaires et c'est ainsi que nous avons découvert :- l'excellent islandais Arnaldur Indridason (devenu bien en vogue depuis lors)- l'excellent norvégien Jo Nesbo- le très sombre finlandais Matti Yrjänä Joensuu- etc... tous sont répertoriés ici.Actuellement, nous lisons un autre suédois Ake Edwardson, dont nous reparlerons prochainement.

Finette 12/03/2007 22:23

Je te conseille "Les chiens de Riga" et "Avant le gel"(cf article sur mon blog). J'apprécie cet auteur et je suis sous le charme de cet ours de Wallander!

Hervé 12/03/2007 22:52

@Finette: J'avais envie de lire Les chiens de Riga. Cela devrait être une prochaine lecture!

Anjelica 16/02/2007 22:54

Comme Clarinette, je suis restée sur ma faim. J'ai trouvé que cela trainait un peu en longueur. J'ai largement préféré INDRIDASON et sa femme en vert.